Et pourtant, ni son design ni sa taille ne relève de caractère exceptionnel, mais c’est tout de même le prix qu’aura dû payer Bill Perkins, un businessman américain, producteur de film et joueur de poker à ses heures perdues, pour tatouer un arc-en-ciel, symbole de la communauté gay, sur le dos d’une autre personne. Vous l’aurez compris, tout ça résulte d’une histoire de pari.

Un homme d’affaires fortuné …
Tout a commencé à Londres, en Octobre 2013, lors d’une étape de l’European Poker Tour, le fameux tournoi de poker créé par PokerStars. A cette occasion, le fameux joueur de poker Jeff Gross jouait le rôle de conseiller pour un amateur éclairé, à savoir Bill Perkins. L’homme d’affaire du Texas a dirigé de nombreuses compagnies avant de devenir directeur de Small Ventures, une société qu’il a lui-même créée et travaillant dans les domaines énergétiques et environnementaux. Il vit aujourd’hui de plusieurs fonds d’investissement et peut donc consacrer du temps à son loisir préféré, le poker.

Lors de ce tournoi, un Super HighRoller à 50 000 livres, il termina à une honnête quatrième place, plus qu’honorable pour un amateur, certainement grâce aux conseils avisés de Jeff Gross, son superviseur, qu’il avait engagé spécialement sur ce tournoi. Bill Perkins gagna un total de 290 000 livres, soit 342 000 euros. Pourtant, Bill Perkins est reparti d’Angleterre déficitaire après un surprenant pari avec son mentor, dont l’histoire ne dit pas s’il a continué à travailler pour lui.

… avec un joueur de poker charismatique …

Jeff Gross est un joueur de poker professionnel, partagé dans sa jeunesse entre les cartes et le football. C’est d’abord online et dans des parties entre amis qu’il s’est fait la main avant de participer à des tournois de plus grande envergure dans les casinos américains. Il est également l’ancien colocataire de Michael Phelps, le nageur recordman de médailles olympiques, et un parieur invétéré, toujours prêt à relever le moindre défi. Alors quand Bill Perkins lui a proposé de se faire tatouer un arc-en-ciel dans le dos en échange de 550 000 euros, dans des circonstances que nul ne connaît vraiment mais il est fort à parier que quelques verres d’alcool étaient de la partie, il n’a pas hésité bien longtemps. Il est donc revenu quelques temps plus tard avec le fameux tatouage que Dan Bilzerian, personnage haut en couleurs dans le monde du poker pour ses incessantes péripéties et son mode de vie à la limite de la morale, a immortalisé d’une photo ne laissant place à aucun doute.

… pour une blague au prix colossale.

Jeff Gross a plus tard précisé que ce pari n’avait aucune connotation négative envers la communauté gay, qui aurait pu se sentir incriminé par un tel pari, ajoutant « qu’il possédait de nombreux amis gays, et n’était pas dérangé par le fait que certaines personnes puissent croire qu’il l’était ». Cette histoire saugrenue a toutefois le mérite de souligner la folie des grandeurs qui frappe parfois les millionnaires et rentiers américains, capables de parier une telle somme d’argent pour un défi somme toute plus que réalisable.

Nul ne sait combien le tatoueur a lui été payé pour réaliser le dessin, mais il est plus que certain que son chèque ne faisait pas 6 chiffres.

Ironie du sort, ce montant gagné par Jeff Gross est le plus gros jamais réalisé par lui lors d’un tournoi de poker, son précédent record remontait à 2012, quand il amassa un gain de 326 918 dollars en terminant troisième d’une étape du World Poker Tour.

Le pari stipule qu’il devra garder ce tatouage à vie.

A propos de l'auteur

Fondé à la rentrée 2012, Culture-Tatouage.com est le nouveau portail de référence sur la pratique francophone du tatouage. Dédié autant aux novices qu'aux inconditionnels du tatouage, Culture-Tatouage.com souhaite proposer toutes les informations utiles sur le monde du tatouage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.